La passion comme refuge

Ceci est un article personnel, écrit depuis de mon lit, en pyjama et en pleine nuit.

J’aimerais savoir flotter, passer entre les vagues, me laisser porter par les choses sans rien ressentir. Manque de bol, je fais de l’anxiété, et je suis même terriblement douée dans cette profession, je fais autant d’anxiété que je respire. Et l’anxiété, ça créer des moments de vide. Mes journées sont des moments de vide. Je ne sais pas si tu as vécu la dépression, et plus particulièrement, le manque d’énergie qu’elle procure. Tu ne fais rien, mais tu es tout de même fatigué•e, tu fais attention à chacune des actions que tu peux faire, et tu contrôle jusqu’au moindre contact social parce que tu sais que ça peut te coûter cher (en énergie).

Ça fait à peu près un mois que je côtoie cet état là.

Sortir du lit m’est difficile, je ne m’habille presque plus et je me sens constamment fatiguée. L’anxiété entraîne l’anxiété. Ceci dit, j’ai trouvé un subterfuge.

Deux en fait.

Je me suis noyée dans les animes, et dans la littérature. Et c’est clairement la meilleure chose de mes journées en ce moment. Dès que tout devient trop anxiogène, je m’y noie, et n’ayant plus que ça en tête, je me sens mieux. Les animes ne me demandent pas tant de ressources en énergie, même dans un état de fatigue, je peux en regarder toute la nuit (littéralement, toute la nuit). La littérature, c’est un peu plus complexe, je lis une bonne heure par jour, ça me change bien la tête, mais ça me prend beaucoup d’énergie.

Les animes me permettent de respirer quelques instants, de me retrouver dans un autre univers où je n’existe pas, et donc ma vie et mes angoisses non plus. Tu peux trouver ça faible, de fuir ses angoisses comme je le fais; je t’assure qu’il n’en n’est rien, l’anxiété n’est pas un choix, et si elle l’était, je ne la choisirais pas.

Puis, j’ai bien remarqué que c’était quelque chose d’assez fréquent, de plonger la tête la première dans ses passions pour s’accrocher; tu peux retrouver plusieurs articles/vids parlant de ça avec les jeux vidéos par exemple, et rien qu’à titre personnel, c’est aussi visible chez les gens que je connais.

J’espère que tu sais que tes subterfuges à la vie réelle sont valides. Même s’ils ne le sont pas aux yeux des autres. (Combien de fois ai-je été considérée comme une enfant auprès de certaines personnes quand j’ai dit que les animes étaient ma porte de sortie ? Je ne compte pas.) Ce qui te fait du bien est valide.

C’était tout ce que je voulais te dire.

Je commence peu à peu de sortir de mon état végétatif, un autre article arrive bientôt (il est déjà prêt, j’y ai passé la journée, j’attends juste un peu avant de le poster).

J’espère que tu iras bien. Take care.

3 réflexions au sujet de « La passion comme refuge »

  1. Il m’est très souvent arrivé de me noyer dans les films, séries et animes pour voir/vivre un autre monde que le mien et ça m’arrive encore souvent. Et comme tu le dis, si ça permet de s’échapper un peu, de ne plus penser à ses problèmes et de tenir le coup dans les sales moments de la dépression, c’est valide.

    Aimé par 1 personne

      1. Oui c’est dommage de juger sans essayer de comprendre alors qu’ils devraient plutôt être heureux de voir que malgré l’anxiété et la dépression, il y a toujours quelque chose qui nous fasse du bien.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s